Trois questions à Shigeru Ban & Jean de Gastines


1 / Quelles sont les idées majeures ayant guidé le projet ?

Tout d’abord, il y avait la demande du client qui souhaitait un symbole fort pour cette porte de ville à l’ouest de Paris. Il fallait également s’intégrer dans le plan urbain de Jean Nouvel conçu pour l’ensemble de l’Île Seguin et dont la silhouette est linéaire. Aussi le bâtiment évoque-t-il l’image d’un grand navire à travers ses solides longs murs de béton. Nous avons aussi dessiné une grande voile protectrice, flottant au-dessus de l’auditorium, et faite de panneaux photovoltaïques. Ces derniers montés sur rails suivent la course du soleil, d’est en ouest, tout au long de la journée. Ainsi, selon l’heure de la journée, le bâtiment est totalement différent notamment à cause des ombres sur l’enveloppe de verre. Notre réponse par rapport au site et au programme était donc d’utiliser la technologie environnementale - traduite à travers la voile - comme symbole de l’Île Seguin et de l’entrée dans le 21ème siècle. 

2 / L’auditorium marque visuellement le projet, pourriez-vous en expliquer quelques détails ?

Extérieurement il prend la forme d’un œuf protégé par une résille de bois vitrée car nous voulions une forme simple. A l’intérieur il adopte une géométrie plus anguleuse car répondant à des questions acoustiques. Nous avons développé un plafond fait d’un assemblage de tubes de petites sections de bois, de cartons et de papier. Ce plafond n’est pas acoustique, ni le revêtement des murs composé d’un tissage de lattes de bois. Ces matières ont été utilisées car nous recherchions une atmosphère chaleureuse. Les différentes sections tubulaires du plafond suspendu - et donc créant une épaisseur - vont générer un jeu d’ombres dans la salle par l’éclairage. Avant chaque concert les spectateurs pourront apprécier ce moment d’attente en jouissant de cette plasticité particulière de la salle. 

3 / La Seine Musicale comprend un programme mixte, comment avez-vous géré l’organisation de l’ensemble des fonctions ?

L’édifice est traversé par une rue intérieure qui assure la connexion entre toutes les fonctions, depuis le parvis côté est jusqu’à la pointe de l’île. Elle accueille des commerces et dessert la grande salle, les foyers, les espaces de réception ainsi que l’auditorium. Cette rue se situe en continuité du plan urbain de l’île et elle se trouve même précisément en prolongation de la grande galerie dessinée par Jean Nouvel. Nous avons prêté une grande attention au respect du schéma urbain parce qu’il est important qu’existe une harmonie sur l’ensemble de l’île.  

Crédit photo : © Nicolas Grosmond