Trois questions à Laurence Equilbey

INSULA_ORCHESTRA_Black_300dpi - copie1 / Créé en 2012, sous votre impulsion et avec le soutien du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, Insula orchestra prend désormais ses quartiers sur l’île Seguin ? 

Lorsque le département a souhaité construire un équipement dédié à la musique sur l’île, nous avons réfléchi à l’idée de fonder un ensemble qui y serait en résidence. J’ai aussitôt songé à un orchestre symphonique, sur instruments d’époque, ce qui nous permet de privilégier le Siècle des Lumières, et plus exactement la période qui va de 1750 à 1850, avec un répertoire classique et préromantique – que j’abordais jusque-là uniquement à la tête de formations étrangères comme l'Akademie für alte Musik Berlin ou le Concerto Köln.
Depuis sa création, Insula orchestra a été invité par de nombreuses scènes nationales et internationales telles que le Grand Théâtre de Provence, l'Opéra Royal de Versailles, la Philharmonie de Paris, le Theater an der Wien, le Barbican.... J'entends bien sûr poursuivre activement cet élan et notre rayonnement, sur l'île et partout dans le monde.

2 / En quoi consiste votre résidence ?

Il est primordial d’être arrimé à un lieu pour, non seulement développer un projet artistique innovant mais aussi réfléchir à des propositions nouvelles, se produire sous différents formats, « flash » d’une vingtaine de minutes, ou au contraire « fleuve », pour des expériences inédites et qui tiennent compte du désir du public. Nous allons par ailleurs travailler sur les avant-concerts, proposer des “after”, notamment pour un public plus jeune, de 17 à 26 ans. Je souhaite aussi former des étudiants à la programmation, ainsi qu’à l’encadrement des concerts. L’idée d’îlots, propre au lieu, nous permet d’inviter, au cours de week-ends festifs, des artistes et ensembles de tous horizons. Au jazz, nous empruntons l’idée de « sets » d’une petite heure, répétés en intégralité ou avec un programme légèrement différent : le lieu nous permet toutes les combinaisons possibles, ce qui est formidable !

3 / Un avant-goût ?

De nombreuses surprises, comme un programme Schubert, constitué de Lieder avec orchestre auxquels s’ajouteront plusieurs commandes – qui fera l’objet d’un CD enregistré à l’auditorium de la Seine Musicale pour Warner. La fosse d’orchestre nous permettra d’offrir La Création de Haydn, mise en scène par Carlus Padrissa et La Fura dels Baus, ainsi qu'un « Festival Mozart Maximum », en partenariat avec la Ville de Boulogne-Billancourt. 

Un grand merci à nos Partenaires Fondateurs, W et Meludia, ainsi qu'à accio, le cercle des amis d'accentus et d'Insula orchestra.